lundi 26 août 2013

J’ai perdu tout ce que j’aimais, Sacha SPERLING, Fayard , 2013, 433 p.



Roman largement autobiographique, semble-t-il ! Sacha (comme l’auteur, d’ailleurs) est un jeune écrivain de 18 ans dont le premier roman a connu un réel succès, par contre le second est passé inaperçu. Désabusé, les rêves dans les chaussettes, il s’enfuit un an à Los Angeles. Quand il revient à Paris, il craint de rencontrer ses anciens amis. Sacha est un fils de nantis, nombriliste, oisif, désabusé qui évolue dans un univers creux où la vie est factice, futile, superficielle… tout comme le roman d’ailleurs. Je m’y suis ennuyé tant tout est plat. Aurais-je raté quelque chose ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire