jeudi 27 juillet 2017

Là où se croisent quatre chemins, Tommi KINNUNEN, Albin Michel, 2017, 351p.



Une espèce de « saga » familiale à travers la voix de quatre personnages : Maria, sage-femme qui élève seule sa fille Lahja, elle-même, mère célibataire qui épousera Onni et puis la belle-fille Kaarina. Un récit intimiste à la construction déconcertante, un puzzle complexe et déstabilisant qui exige une lecture patiente pour emboîter les pièces dans une demeure dédaléenne. Ce premier roman finnois m’a finalement donné le bourdon, le spleen et je ne sais pas pourquoi je suis allé jusqu’au bout d’ailleurs ! Va savoir !

samedi 22 juillet 2017

Les mémoires d’un chat, Hiro ARIKAWA, Actes Sud, 2017, 325 p.



Je m’appelle « Nana », chat de gouttière ou errant ou sans maître, c’est selon. J’ai élu domicile sur le capot d’un monospace parce que je m’y trouve bien. Parfois, on vient m’apporter des croquettes. Un jour, je me suis bêtement fait attraper par une voiture. La plaie n’est pas belle ! Mais Saturu Miyawaki, le propriétaire du monospace, m’a trouvé dans le fossé et m’a amené chez le véto et c’est comme ça que j’ai dû passer ma convalescence chez Saturu et on s’est plus ou moins attaché, Saturu et moi. C’est lui qui m’a donné le nom de Nana (pour un matou ?) parce que ma queue levée ressemble à un 7, et « nana » c’est le 7 en japonais. Puis pour des raisons qu’il cache à tous, il décide de faire le tour de ses amis pour me faire adopter et c‘est comme ça que lui et moi sommes partis pour un road movie. Et si je ne sais que parler chat, je sais observer et écouter les humains, alors je raconte en « langue de chat… » ! Une jolie et agréable « chatterie » littéraire qui évoque adoptions et amitiés et donc un réel plaisir de lire !

mardi 18 juillet 2017

La maison des brouillards, Eric BERG, Slatkine&Cie, 2017, 395 p.


Hiddensee, petite île de la Baltique, 2010, dans la grande maison de verre, nuit sanglante : 3 personnes assassinées et une dans un coma prolongé. Deux ans plus tard, Doro Nagel, journaliste chroniqueuse, va enquêter sur cette affaire criminelle. L’auteure présumée des assassinats est Léonie Korn, 38 ans, mais c’est celle qui est dans un coma profond et personne ne sait ce qui s’est passé cette nuit-là. Doro va alors aller à la rencontre des différents personnages liés de près ou de loin à la maison de verre de l’architecte Philipp Lothringer. Une enquête extrêmement subtile, une analyse fine et singulière des différents intervenants, des manipulations, des émotions, des sentiments personnels, des intérêts en jeu… et une remise interdite presque envahie par les fleurs. Un excellent polar allemand ! (Eric Berg alias Eric Walz)