mercredi 18 octobre 2017

Imago, Cyril DION, Actes Sud, 2017, 211p.




… roman écrit par le co-réalisateur de « Demain », César du meilleur documentaire 2016.
Quatre personnages, quatre destins, quatre quêtes utopistes ! Il y a celle de Khatil, jeune islamiste anti-Israélien, qui entre dans le Djihad et qui part en Europe, à Paris, pour participer à un acte terroriste. Il y a son frère (demi-frère) Nadr, né de mère française à qui il a été enlevé par son père médecin, Tarek : Nadr est un Palestinien modéré de 30 ans parti pour sauver son frère prêt à mourir pour la cause. Amandine, la mère française de Nadr qui tente de se reconstruire. Et le dernier est Fernando Clerc, fonctionnaire au « Fonds » qui doit négocier la gestion des aides au Hamas : « Ce gens-là (= Islamistes ») passaient leur temps à se servir de leur religion pour justifier tout et son contraire : tuer ou épargner, haïr ou aimer, libérer ou dominer » (p.167) Dion nous plonge dans la poudrière du Moyen-Orient, dans le conflit Israélo-Palestinien et l’ingérence de l’Europe et des Etats-Unis : des hommes et des femmes enfermés dans leurs croyances, leurs logiques politiques, leurs souffrances, leurs territoires… : une tragédie du XXI° siècle aux irrémédiables injustices et incompréhensions. Pas de jugement. Pas de parti pris ni de prise de position, une simple constatation et tout cela dans une langue tantôt chantante et poétique, tantôt dure et âpre. Un coup de cœur de lecteur !

lundi 16 octobre 2017

Tu tueras le père, Sandrone DAZIERI, Robert Laffont, 2015, Pocket n° 16356, 725 p.



Après avoir lu « Tu tueras l’ange », tome 2 de la trilogie annoncée, il fallait que je lise le 1er tome « Tu tueras le père ». On comprend mieux alors les rôles de Dante Torre, l’enfant du Silo, et de Colomba Caselli, policière en convalescence après le « Désastre ». Si l’affaire du « Silo » est classée par la police, Dante est persuadé que « le Père » est toujours en vie et continue à agir, surtout à la suite de la disparition d’un enfant. Les indices le lui confirment et il embarque Colomba dans une enquête qui n’a rien d’officielle ni de conventionnelle. On lit évidemment avec plus d’intérêt ce polar/thriller italien plein de rebondissements et aux personnages attachants. Attention, « le Père » est de retour… Suspens et excellente lecture !

mercredi 11 octobre 2017

Une colonne de feu, Ken FOLLET, Robert Laffont, 2017, 923 p.



1,050kg et 923p. seulement… Follet (et son équipe) aurait pu mieux faire ! Nous nous trouvons à Kingsbridge au XVI° s. Ned Willard a 18 ans et est follement épris de Margery, 15 ans, fille de Sir Fitzgerald qui la destine au fils du comte de Shiring et Ned est espion de la Reine. Paris, Londres, les Pays-Bas… : une succession de complots politiques, d’intrigues mondaines et rurales, de guerres de « religions » et même de guerre tout court. De Catherine de Médicis à Henri IV, de Marie Stuart à Marie et Elisabeth Tudor en passant par Philipe II d’Espagne… on a là un roman historico-politico-fictionnel dont on arrive finalement au bout. Merci à l’auteur d’avoir ajouté en prologue un memento des personnages, sans quoi ! Un Follet, quoi ! Bien ! mais pas un « Les piliers de la terre » inégalable.